L’Équipe

AURÉLIE MARQUES, RÉALISATRICE

Arélie Marques

Diplômée en journalisme à l’IEP de Grenoble, je réalise depuis 2014 des magazines et documentaires pour les chaînes de télévisions publiques et du câble. En 2017, je décide de tout arrêter pour m’engager dans un projet qui reflète mes engagements éthiques et militants.
Passionnée par les médecines douces, je pars pour six mois en Amérique Latine pour comprendre les pratiques de soin traditionnelles. A Takiwasi, je découvre le potentiel thérapeutique de la rencontre des savoirs, entre psychothérapie et science des plantes amazoniennes. Une profonde envie de film naît alors en moi et encourage mes aspirations aux changements. Un processus dont la prochaine étape m’amène à une formation en herboristerie.

LOUIS BIDOU, RÉALISATEUR

Louis Bidou

Avec un père ethnologue et une mère psychanalyste, La voie des plantes : ceux qui voulaient guérir est un peu pour moi une histoire d’héritage. Après mes études de commerce, je m’investis pendant près de cinq ans dans l’économie sociale et solidaire en Afrique. Mes longs séjours à l’étranger ont forgé un certain “regard éloigné”. En 2012, mon père me transmet les enregistrements qu’il avait réalisé quarante ans auparavant auprès de chamans du peuple Tatuyo : ils contenaient des mythes et chants rituels disparus. Je retourne en Amazonie Colombienne  pour retrouver les descendants de ces chamans et leur restituer ce fragment de leur patrimoine immatériel.
Cette aventure a donné naissance à un premier documentaire « La Voix des Tatuyos » projeté en salles de cinéma et festivals. Je découvre le plaisir de la réalisation et la force du cinéma documentaire. La graine était semée. Avec La voie des plantes, je continue d’explorer les points de rencontre possibles entre les peuples autochtones et le monde moderne.

Surtout, cette première expérience me fait découvrir le plaisir de la réalisation et la force du cinéma documentaire. La graine était semée. En 2017, je quitte mon emploi pour me consacrer à la série documentaire La voie des plantes avec Aurélie Marques.

Adrien Bellay, Monteur

En tant que monteur, un univers m’a plus particulièrement captivé : c’est celui des Tatuyos. Ce peuple qui vit dans une symbiose parfaite avec son environnement. Ce documentaire m’a fait prendre conscience qu’il était possible, dans un esprit participatif et indépendant, de faire passer un message. Suite à cette première collaboration avec Louis Bidou, j’ai réalisé en 2017 le documentaire « L’Éveil de la Permaculture » dont le succès a largement dépassé les espérances. Il répondait alors à une attente du public sur l’écologie, le partage, la communauté, une culture commune. Autant de valeurs qui me guident dans mes projets professionnels. J’ai décidé d’accompagner les deux auteurs dans leurs démarches militantes dans l’espoir de faire connaître à plus de monde l’histoire de ces plantes sacrées et de ces peuples entrés en résistance.

NOTRE ENGAGEMENT

Grâce au temps passé sur place et aux discussions en amont, nous voulons donner corps et voix au point de vue local, le plus fidèlement possible. Trop souvent encore, certaines réalisations tendent à instrumentaliser émotionnellement l’image d’Indiens dans la recherche d’audimat.

De nombreuses communautés autochtones s’organisent en association ou conseils généraux afin de mieux contrôler les influences extérieures et renforcer leur autonomie. Notre positionnement est de travailler en collaboration et transparence avec ces organisations afin de valoriser les initiatives locales.

Notre engagement est porté par l’association de loi 1901 “Confluences humaines” dont l’objet est la valorisation des diversités culturelles et du vivre ensemble. Fondée en 2012, l’association a permis le retour de matériels ethnologiques (films, enregistrements de mythes et de chants rituels, photographies) aux communautés indiennes colombiennes du Pira Paraná, à leur demande. Cette aventure a donné naissance à un premier documentaire “La voix des Tatuyos”, projeté en salle de cinéma et festivals.

“La voie des plantes” est également soutenu par la fondation France Libertés qui œuvre depuis 1986 pour la reconnaissance et le respect des droits des peuples autochtones à travers le monde.